Affichage des résultats du sondage: Pour quelle participation souhaitez-vous voter ?

Votants
38. Vous ne pouvez pas participer à ce sondage.
  • Madkiller57

    0 0%
  • 51kamoulox45

    14 36,84%
  • Azaan

    4 10,53%
  • Verdebier

    12 31,58%
  • zeus

    1 2,63%
  • Luppus

    6 15,79%
  • mrterra

    1 2,63%
Affichage des résultats 1 à 7 sur 7
  1. #1

    Participations : Moroo

    > Nom du Cyborg : Madkiller57
    > Nom du végétal : Craktounus
    > Planète d'apparition : Moroo
    > Zone d'apparition : Au cœur des marécages, parfois sur les bords

    > Aspect physique :

    Le Craktounus est un arbre entièrement nu. Il a de larges racines qui plongent au fond des marécages et qui permettent au tronc d’être au-dessus des eaux. Il n’a ni feuille ni épines et est de couleur vert à brun. Il a de nombreuses branches plus ou moins souples et fines qui parte du bas du tronc jusqu’en haut.

    > Caractéristiques :

    Ces arbres forment des genres de « groupes » au cœur des marécages de Moroo. Bien qu’ils soient entièrement nu, ces arbres ont leur racines et branches souvent recouverte d’un genre de mousse friable de couleur brune.
    Lorsque le soleil se couche les différentes branches des Craktounus se referment vers le haut en une boule compacte, produisant ainsi de forts craquements durant la nuit dans les marécages de Moroo.
    La plupart des troncs des Craktounus sont creusés. Il a pu être observé par quelques chercheurs que ces derniers étaient bien souvent habité pas des créatures nocturnes de la planète. Ces créatures étant dangereuses il est fortement déconseillé de se rapprocher des arbres durant la nuit et d’agir prudemment de jour.

    > Mode de vie :

    Les Craktounus forment des masses d’arbres compactes au cœur des marécages, puisant leurs ressources via leurs grandes et épaisses racines au fond des marécages. Il semblerait qu’un sol enrichi en titane soit la cause de leur grande résistance.

    > Analyse approfondie :

    Bien peu de choses ont pu être notées au cours des recherches sur les Craktounus. Il semblerait cependant que leur grande résistance soit due au titane que les racines pompent dans les sols de Moroo. Ils l’assimileraient si bien que les chercheurs pensent que la fameuse « mousse » friable sur les branches de ces arbres soit en réalité une sorte d’oxydation due à l’humidité ambiante.

  2. #2

    Re : Moroo

    > Nom du Cyborg : 51kamoulox45
    > Nom de la créature/du végétal : Exatius Rogeonphylius Globulis plus communément appelé Globulo
    > Planète d'apparition : Moroo
    > Zone d'apparition : Le Marais des Morts

    > Aspect physique : d’une vingtaine de centimètre de haut, exceptionnellement soixante en éclairage artificiel prolongé. Le vert est sa couleur première tandis que sa fleur s’illumine d’une éclatante robe rouge orangé encerclant une étamine globuleuse ressemblant à s’y méprendre à un œil. Ses graines sont nacrées avec de légers reflets mauves et sont recouvertes de poils translucides.


    (croquis et colorisation en PJ)


    > Caractéristiques : Apparentée à la famille des vampirate rogeonphyle, quoique vivement débattu suite à la découverte de son mode de vie. « Plante » multi florale rarement composée de plusieurs fleurs/œil (ou yeux) à la fois. Ses deux épaisses feuilles se referment le soir venu protégeant sa fleur des regards indiscrets. Reliées à sa base, ces dernières se vrillent en formant un opercule parfaitement rond et étanche sur ses bords. Dépourvue de racine, elle jonche le bord des marais. Il est à noter que l’on en trouve loin des points d’eau accessibles, un cadavre en décomposition toujours à proximité…

    > Mode de vie :
    La Globulo (oui nom féminin, découverte par une Prométhée, faut pas déconner non plus) ;

    Donc LA Globulo vit en vampirisant ses victimes. Une attention toute particulière doit lui être apportée. Lui parler durant des heures ne fera que l’agacer. En revanche une écoute de tous les instants est absolument nécessaire. Un « oui, je suis d’accord avec toi » toutes les minutes durant son monologue pourrait vous sauver la vie. Quoiqu’une nouvelle paire de chaussure ou un caillou brillant vous sera tout aussi utile ; (mais je confonds là, non ? Peut-être pas…)

    > Analyse approfondie :

    Analyse en milieu naturel :
    Sa germination se déroule durant 12 cycles lunaires. Arrivée à maturité, sa floraison se pare d’un œil ? Oui d’un œil pour le moins magnifique et captivant prolongé de long et langoureux… euh... bah oui des cils.
    Seules de très vieilles reliques datant du XXème siècle en font mention. Elle y était notée comme espèce disparue à la suite d’une surexploitation par l’industrie des cosmétiques… tout particulièrement celle du mascara.
    La recherche d'un hôte viable à la veille de son quatorzième cycle s'apparente à la saison des amours des espèces animales.

    Dès l'aube ses lobes feuillus s'ouvrent tels deux paupières laissant entrevoir une pupille noire irisée d'orangé. Au zénith pointant elle tourne et vrille sur les bords des étangs marécageux. La chaleur faisant, nombre d'animaux se rafraîchissant, elle cherche sa... Proie.

    Son œil captive l'attention tandis qu'à sa base une ventouse s'agite, à l'affût d'une truffe imprudente.
    Dès lors, d'un regard croisé, elle prend le contrôle psychique de sa cible ainsi exposée.
    Déblatérant, soliloquant, son discours mentalement hypnotique, elle absorbe les fluides vitaux de sa victime. Tel un parfum langoureux quoique légèrement piquant, la Globulo prend possession en plongeant son œil dans les yeux d'un profond regard. L'ego flatté, le malheureux ne se rend plus compte de ses actes ni même du temps qui passe.

    Son schéma reproductif est pour le moins surprenant. Seulement à partir de son seizième cycle, son étalage de parole s'accompagne d'un rapprochement oculaire avec celui de ses proies. Son globe étaminoculaire se trouve ainsi fécondé par simple contact binoculaire.
    Durant les deux cycles lunaires suivants, l'œil se rougit et se dessèche. La graine qui en résulte se pare de poils translucides et crochus, derniers vestiges des cils de leur fleur mère. Seule la robe nacrée violacée de son œil subsiste encore à ce stade.

    Pendant ce temps, une autre fleur « œillée » aura pris la place de la précédente, appelant d'autres animaux. Les épargnants cette fois, l'objectif et tout autre, celui de disséminer la graine s'accrochant aux plus velus des approchants curieux. Le discours psychique est quant à lui légèrement différent : flatteur aux premiers abords, il s'effiloche en reproches exacerbés et tenus. Ceci a pour but de faire fuir au plus loin ces nouveaux porteurs de graine afin d’ensemencer et d’accroitre la surface de son habitat.


    Mode d’approche :


    Comme vu plus haut trois techniques d’approche peuvent être adoptées. Les compétences psychiques de la Globulo rendent cette aventure périlleuse sans y être bien préparé.

    La première technique consiste à se laisser tout simplement distraire légèrement par son regard. Ainsi sous son emprise, légèrement, j’insiste, il suffit de la flatter mentalement en la complimentant gracieusement sur sa robe orangée. Quoiqu’elle vous dise, allez dans son sens. Un simple faux-pas risquerait de la rendre furieuse, limite hystérique… et vous y resteriez.
    Tout considéré, ce mode d’approche ne peut pas convenir à UN Aldéide ou à UN Colosse. Seules les dispositions d’UNE Prométhée permettent de comprendre la complexité mentale de la Globulo. Ainsi apprivoisée cette dernière se laissera porter tout en conversant tandis que vous la nourrissait de quelques gouttes de votre sang encore biologique qu’elle vous pompera goulument.

    Le second mode d’approche peut sans doute intéresser les Aldéides les plus riches en ce monde. Le sacrifice de votre plus gros et étincelant diamant vous permettra de ne prendre aucun risque. La technique est simple, jetez nonchalamment votre caillou en direction de la Globulo sans regarder une seule seconde le tragique destin de votre précieux.
    La Globulo s’empresse sans tarder de s’y agripper à l’aide de sa ventouse et ne le lâchera plus jamais (même après sa mort). Son œil fixe alors désormais pour la même éternité l’objet de sa nouvelle convoitise. Il ne vous reste plus alors qu’à la ramasser. Cependant son espérance de vie n’est plus que de quelques jours, ne pouvant se nourrir à nouveau.

    Enfin, le dernier thème d’approche n’en a que le nom et convient tout à fait à la délicatesse d’un Colosse. Plus qu’une approche, cela consiste à courir frénétiquement vers la Globulo tandis qu’elle regarde ailleurs et d’y sauter joyeusement dessus à pieds joints plutôt deux fois qu’une. Le résultat est sans appel : l’intégrité de cette belle plante en prend un coup. Il va de soi que cela ne constitue pas la meilleure technique pour faire une étude sérieuse et poussée de cette rareté.


    Analyse en laboratoire :

    Rare sont les photos ou croquis précis existants de la Globulo.
    En effet, pour les premiers clichés déclenchés les rendus furent tous médiocres et inexploitables. Surement le résultat d’une photosynthèse inversée produisant une lumière vive et aveuglante au premier flash reçu. De surcroît cette expérience conduit inévitablement à la mort de la plante. Peut-être fait-elle preuve d’une grande timidité ou bien encore est-ce la conséquence d’une dépense d’énergie fatale ?
    Concernant les schémas ou croquis, il convient de prendre des mesures de sécurité indispensables. Une chambre de confinement en plexiglas de 4,65 cm d’épaisseur constitue un bon rempart entre vous et votre objet d’étude. Un appât vous sera nécessaire pour détourner son regard de vos chères mirettes.
    (Il m’en couta un bon mois de perdu sans ces précautions, à écouter la Globulo sans pouvoir tracer le moindre trait de sa ligne aguicheuse)


    Ainsi après maintes mesures, croquis et palabres, nous pouvons noter ce qui suit :

    - Nuit : en latence… léger ronflement les soirs de lune.

    - Jour : Activité croissante jusqu’au zénith et maintenu jusqu’à la pénombre.

    - Mode d’alimentation : fluides animales par vampirisation.

    - Effet de la privation de nourriture : Coloration rouge vif de la pupille, mort au bout de quelques jours, sept tout au plus.

    - Germination des graines : 12 cycles lunaires en eaux saumâtres et nauséabondes.

    - Floraison : au 16ème cycle jusqu’à la mort.

    - Mode de reproduction : par contact oculaire.

    - Mode de dispersion : animal (velus la plupart du temps).

    - Durée de vie en milieu naturel : 1800 cycles et quelques (sans croiser de Colosse).

    L’expérience en laboratoire a permis de découvrir deux autres formes de la Globulo, décrites ci-après :

    - L’ExaGlobulo :


    Découverte fortuite lors des expériences d’ensoleillement artificiel prolongés, la Globulo enfle et grandi jusqu’à atteindre trois fois sa taille pour un total de soixante centimètre. Mort rapide par la suite malgré une suralimentation (tout le jus d’un Colosse n’y suffirait pas).


    - La Narcisa Globulo :
    Découverte étrange et extrèmement rare en milieu naturel, la Narcisa Globulo est identique à sa version originale. A sa différence, elle se pare non pas d’une mais de deux fleurs à la fois. Malheureusement là encore, sa survie est engagée. Au moindre coup de vent inopportun, ses yeux se croisent et ne se quittent plus. Se charmant elle-même, elle semble se complaire et se suffire à en oublier de se nourrir. Aucune chance non plus de se reproduire dans ce cas, malgré plusieurs contacts homoculaires elle en reste stérile.


    Dernière modification par Duhr ; 05/06/2015 à 20h30.

  3. #3

    Re : Moroo

    > Nom du Cyborg : Azaan
    > Nom du végétal : La Blêmetoile
    > Planète d'apparition : Moroo
    > Zone d'apparition : Marécages, dans l'ombre des arbres morts

    > Aspect physique : D'un blanc livide la Blêmetoile ressemble à un enchevêtrement de toiles d'araignées entassé en boule contre les creux les plus sombres des arbres où elle pousse.

    Une fois arrivée à maturation et emportée par le vent elle ressemble à de simples fils de chaleurs.

    > Caractéristiques :

    > Mode de vie : Née des vapeurs méphitiques des marécages elle se développe lentement dans les creux d'arbres décatis. Comme un parasite elle se nourrit de la sève de son hôte jusqu'à atteindre sa pleine croissante.

    Une fois sa réserve de nourriture tarie elle se détache pour errer dans l'air, son poids insignifiant lui permettant de parcourir de grandes distances dirigée par le vent. Elle passe alors dans la seconde phase de son existence et cherchera à s'attacher au premier être vivant qu'elle croisera afin d'entamer son dernier cycle.

    > Analyse approfondie :

    De toutes les plantes qu'il m'ait été donné d'étudier dans ma vie aucune n'a jamais égalé en curiosité la Blêmetoile.

    Elle apparaît au premier abord fort similaire aux mousses qui infestent les marécages et il faut bien avouer que durant la première étape de son évolution elle ne ressemble à rien d'autre qu'à une moisissure duveteuse coincé dans quelque recoin humide.

    Elle s'accroche grâce à de minuscules poils invisibles à l’œil nu qui lui servent également d'appendices venant récolter la sève qui est ainsi directement traitée.

    Il faut savoir néanmoins qu'elle ne peut vivre que sur un végétal en fin de vie car il lui est impossible de percer l'écorce de plus jeunes pousses. Ainsi grandit elle durant plusieurs mois jusqu'à atteindre plusieurs dizaines de centimètres de circonférence.

    C'est une fois sa croissance terminée qu'elle se détache pour entamer le second cycle de sa vie durant lequel elle n'aura plus besoin que d'humidité pour survivre. Elle se laisse alors emporter par le vent et n'attend que de rencontrer un être de chair et d'os pour s'enrouler doucement autour de lui et s'y accrocher.

    Selon le témoignage de l'un de mes "apprentis", durant mon exploration des marécages dans le but de trouver un spécimen, la sensation serait similaire à celle que l'on ressent en passant dans des toiles d'araignées. S'ensuit alors une nouvelle symbiose ou la Blêmetoile s'accroche à la peau et y insère ses nombreux appendices en quête de l'eau qui lui permettra de poursuivre sa vie.

    Il est à noter qu'elle peut tout à fait vivre indéfiniment dans l'air humide des marécages. Alors pourquoi ne se contente-t-elle pas de cela vous demandez-vous surement ? Tout simplement car une fois son repas terminé elle entame la dernière phase de son cycle qui consiste à s'infiltrer à l'intérieur du corps du défunt grâce à ses tissus vasculaires externes. Quelques jours après une magnifique fleur pousse à l'emplacement de l'estomac. De longues pétales d'un blanc de nacre encadrant un bouton d'or pure. L'ont appel cette fleur le Baisé unique et cela pour deux raisons ; le pistil sécrète une phéromone mortel pour la plupart des êtres vivants. Enfin, alors que sous sa forme primaire le moindre rayon de soleil entraîne la désagrégation de ses tissus, une fois implanté dans son ultime demeure seul l'astre du jour peut lui permettre de fleurir.

    C'est sans surprise que la colonisation massive et la déforestation qui s'en suivit causa la quasi extinction de ce magnifique être vivant. Ne me reste que l'image de mon "apprenti" durant le procédé de floraison. Quelle ironie ! Tout comme le soleil détruit cette plante au matin de sa vie pour finalement lui permettre l'ultime éclosion, il m'est difficile de concevoir qu'un être aussi laid que feu mon compagnon ai put donner vie à une beauté pareille.

  4. #4

    Re : Moroo

    > Nom du Cyborg : Verdebier
    > Nom du végétal (champignon) : Pet d'Ursa
    > Planète d'apparition : Moroo
    > Zone d'apparition : Ils ont été découvert à la jonction entre les zones de Cormophytes, Flore, Antrosols, et Hura (zone verte « fluo »), on ne sait pas si il en existe ailleurs sur la planète.

    > Aspect physique :

    Il s'agit d'un énorme champignon blanchâtre, qui brunit en vieillissant, chaque pied à une forme phallique dont le sommet (le gland) semble former une boule qui gonfle avec l'âge jusqu'à éclater.

    Il pousse en touffe compacte qui ressemble, de loin, à un choux fleur géant.

    > Caractéristiques :


    Chaque pied mesure jusqu'à 1 mètre de haut, le pieds a 20 à 25 cm de diamètre, le sommet forme une boule ovale (ballon de rugby) qui de 40 à 50 cm de haut et 30 à 40 cm de diamètre horizontal voire même 45 cm juste avant d'éclater.

    Chaque touffe compte plusieurs centaine de pied et forme une boule compacte d'environ 10 mètres de diamètre, et 2 à 3 mètres de haut en son centre
    A maturité, on ne peut plus voir les pieds , on ne distingue plus que les sommets sur le point d'éclater.

    > Mode de vie :

    Les Pets d'Ursa vivent en symbiose avec tous les végétaux environnant sans distinction, les végétaux ainsi « connectés » prennent une teinte plus brillante qu'à l'accoutumée, probablement en raison d'un nutriment particulier et non encore identifié que leur apporte le champignon.

    Les Pets d'Ursa sont très exigeant en terme d'environnement : ils semblent avoir besoin de zone très humide, d'endroit situé au dessus de la surface de l'eau, très ombragés tout en étant libre de toute concurrence trop immédiate. Ces exigences en font un champignon très rare.

    Lorsqu'il arrive à maturité, les boules qui gonflent aux extrémités de chaque pied finissent par éclater, libérant un large nuage de spore brunâtre et opaque, extrêmement nauséabond mais pas toxique.

    Lorsqu'un Pet d'Ursa éclate, il provoque souvent l'éclatement de son voisin, si bien qu'en général tous les exemplaires d'une même touffe éclatent en même temps libérant un immense nuage mesurant plusieurs dizaines de mètres.

    La plupart des spores donnent naissance à un champignon, mais lorsqu'ils atterrissent pas dans un endroit idéal, ils meurent rapidement, rare sont ceux qui finissent par se développer.

  5. #5

    Re : Moroo

    > Nom du Cyborg : zeus
    > Nom de la créature : Buffors
    > Planète d’apparition : Moroo
    > Zone d'apparition : Plaine; Marécage

    > Aspect physique :
    Cinq mètre de long, deux mètre de haut et leurs six tonnes.
    Leurs corps est recouvert d'une cuirasse osseuse jaunâtre très épaisse.
    Pour pouvoir supporter leurs poids, la nature étrange de Moroo leurs à offert trois paire de pattes courte mais très muscler
    terminer par des sabot épais et large.

    > Caractéristique :
    Espèce très familiale, les adultes protègent les jeunes. en cas de danger chaque individu se regroupent pour former un mur avec leurs corps.

    > Mode de vie :
    Nomade, vie en troupeau

    > Analyse approfondi : Structure osseuse (squelette) très développer pour supporter le poids et la masse de leurs musculature, les poumons sont très imposant pour favorisé les échange gazeux avec l’atmosphère de Moroo.

  6. #6

    Re : Moroo

    > Nom du Cyborg : Luppus Colosse de Mooro
    > Nom de la créature : Snagg
    > Planète d'apparition : Mooro et manifestement les autres planètes récemment colonisées
    > Zone d'apparition : Bases

    > Aspect physique : Vers Géants Annélides

    Que vous dire ….

    A part que mon alliance m’oblige a faire part de nos études…pourtant classifié Colosse Défense ….

    Bref la creature en question que nous avons baptisé Snagg est ..comment le décrire ….

    Un ver ….

    Un énorme ver avec des yeux…..non pas comme ceux d’un serpent…..non …ils sont énormes et sortent presque de la tête.

    Ce sont donc des invertébrés long et annelés …des rampants au corps cylindrique, sans membres articulés.
    Cet animal peut mesurer jusqu’à un mètre de long et même plus.

    Sa peau noirâtre est tachetée de marques de forme étoilée qui secrète une substance huileuse particulièrement dangereuse.
    En effet, il s’agit d’un poison capable de détruire l’acier .. le titane.. et de rendre l’eau impropre à la consommation.
    Il est recommandé de ne pas y toucher car il brûle et peut consumer toute créature qui serait sans protection.

    Anecdote amusante le Snag dégage une odeur de viande grillée… ce qui nous a fait perdre le chef cuisinier de l’expédition …,mais nous a permis de constater que sa dentition est redoutable car elle est composée de trois rangées de dents acérées.

    > Mode de vie :

    Si le Snag est captivant de part ses pouvoirs extraordinaires (que nous aimerions reproduire….une bombe avec le principe actif anti métal serait très utile contre nos voisins….euh contre les Houds ).
    Les snaggs investissent les colonies peu activent …se développent …anéantissent la population via des attaques directes ou indirectes (destruction d’appareil de survie essentiels et bien sur contamination de l’eau.)
    Quand la base est désertée … ils commencent leurs festins et se répandent de manière exponentielle.
    Ils ne creusent pas de terrier mais semblent privilégier l’Héliocentre pour nicher.
    Nous pensons que le Snaag est asexué et qu’il se transforme suivant les besoins de son groupe.

    > Analyse approfondie :

    Il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit là d’un animal dangereux.
    En cas de danger, il peut mordre ou projeter du poison identique à la substance de sa peau pour se défendre.

    Par ailleurs, cet animal est très rapide et il est difficile de l’attraper : mieux vaut ne pas déranger cette cochonnerie coloss…..euh …imposante et le laisser en paix.

    Il ne faut pas songer à faire du Snag un animal de compagnie dont la présence serait un amusement …ou en faire un animal de garde …car cette bête a un régime alimentaire peu engageant, sa nourriture préférée semble être le cyborg….

    Cette appétence devance même le métal qui se retournerait inévitablement envers le maître ou le gardien …


    Nous n’arrivons pas à définir si cette créature à une once d’intelligence , la réponse semble être négative ..pour nous c’est un parasite.

    Création des Houds ?
    Expérience génétique ?

    Que des hypothèses…mais nous sommes certain d’un fait
    Le Snag est présent semble t’il dans tous l’univers peuplé.

    Ses lieux de prédilection sont les endroits où le métal est présent en grande quantité et notre colonisation a réveillé les larves tapies dans les rochers

    Nous notons une recrudescence depuis quelques temps de bases infestées.
    Ainsi nous recommandons de raser entièrement toutes bases présentant les symptômes d’une infestation ( rouille , saleté visible par les sondes ) en détruisant en priorité l’héliocentre afin d’endiguer toutes épidémies.

  7. #7

    Re : Moroo

    > Nom du Cyborg : mrterra

    > Nom de la créature/du végétal : droge des plaines de moroo

    > Planète d'apparition : moroo

    > Zone d'apparition : plaines, forets, forets dense et montage de base altitude

    > Aspect physique :

    cette bête ressemble aux dragons primitifs européens apparus dans le moyen Âge des temps sur la planète terre, les premiers chercheurs l'ont décrit comme un grand oiseau noir, ils n'ont pu récupérer de plus ample information car la moitié de leur expédition a été dévorer par ces reptiles.

    > Caractéristiques :

    comparer aux dragons européens ils ne peuvent cracher du feu mais compenser par leur agilité avec leurs pattes avant. Il serait capable de manipuler des objets complexes et de se servir d'outils avec lesquels il découperait ses victimes avant de s'en délecter. Sa peau est composée à 70 % de titane tailler en forme de losange formant sur lui des écailles écarlates les 30 % restants représente la peau.

    > Mode de vie :

    Ce dragon vit en meute avec un chef qui est généralement le plus âgé du groupe. Chassant en général a un ils volent haut dans le ciel, grâce à leur peau écailleuse de couleur écarlate ils sont difficiles à voir ( généralement quand vous apercevez quelque chose briller dans la ciel vous n'avez pas le temps de réaliser qu'il faut fuir car il est trop tard). Ces dragons sont principalement carnivores mais à certaines occasions telle que le manque de gibier ils peuvent se livrer à mastiquer certaines plantes riches en sucre pour pouvoir survivre avant de retrouver du gibier. Les rites de renouvellement de l’espèce s'effectuent tous les 3 années morooiene avec le chef de la meute s’absentant durant une période allant de 1 journée à 10 mois maximum, lors de l'absence de l'Alpha la meute est livrée à elle-même et certaines meutes rivales dont le meneur et pressent viennent éliminer les meutes rivales dans le but d'avoir un plus grand territoire. La femelle droge ne vit pas avec les mâles mais crée elles aussi des groupes avec leur leader et se livre elles aussi à leurs guerres de territoires tout aussi bien en éliminant les mâles que les femelles. Les femelles sont reconnaissables à leurs pupilles composer à 80 % de neutronium et l’épine dorsale en monolithe. Les nouveaux nés éclosent dans des montages et généralement dans des grottes couvertes de mineraient, les petits ayant le plus de mineraient à proximité d'eux ont plus de chances de survivre e de se reproduire plus tard, ces petits mangent les minerais pressent dans la grotte pour se crée une couche isolant face au froid pressent dans les hauts montages, vers l'âge de 3 ans (toujours en année morooiene) les petits doivent quitter leurs nids sous peine de se faire éliminer par un adulte venu pondre une nouvelle porter, les petits se dirigent vers l'entre de la grotte pour prendre leur envole pour la première fois avant d'entamer une période durant laquelle les minéraux qu'ils ont ingurgité vont remonter progressivement vers le haut de la peau et remplacer les écailles de quartz former durant leur enfance, ils devront passer en moyenne 10 ans de solitude pour les mâles et 7 ans en moyen pour les femelles.

    > Analyse approfondie :

    juin 1789 décades de razzier, secteur de l'arbre de la décision : nous venons d’apercevoir un droge mâle qui a encore une partie dès ses écailles de quartz il s'est posé et se nourrir de ferbiurier une plante extrêmement riche en sucre et contenant que rare cristal de sel, de l'eau s'est accumulé dans les feuilles, ces plantes sont fascinantes il faudra qu'un jour je les étudie de plus près, le dragon le museau et hume l'air, il a senti quelque chose... il se tourne vers nous, il s'est mis en position défensive ils nous fixent, mon assistant me dit à petite voie mais tremblotante « monsieur il faut partir ce monstre va nous dévorer vivant si nous restons », le dragon a déployé ses ailes avant de s'envoler, mon assistant soupire avant que je ne le chambre sur sa couardise, nous avançons vers la plante dont le dragon s'est repu avant de s'envoler, j'en ai pris un échantillon me disant que cela pourrait servir pour plus tard, la nuit est tombée et mon assistant et moi vont monter le campement... La page suivante et le reste du livre et déchirer avec du sang dessus.

    Le cahier a été rapporter par l'assistant Jader Ashlag aux othoritées botaniste de moroo avant de déclarer le décès du professeur Milo Tolemen

Discussions similaires

  1. Religion officielle de Moroo
    Par Lenolin dans le forum Moroo
    Réponses: 17
    Dernier message: 24/04/2018, 10h00
  2. Participations : Fahrenheit
    Par CBEE dans le forum Concours Faune & Flore
    Réponses: 5
    Dernier message: 06/06/2015, 16h00
  3. Les chroniques antiques de Moroo
    Par Trazyn dans le forum Fictions
    Réponses: 3
    Dernier message: 05/05/2015, 18h57
  4. Moroo Industry
    Par Th3Nat dans le forum Alliances & Organisations
    Réponses: 3
    Dernier message: 05/05/2015, 14h06
  5. Taverne de moroo
    Par Mattt dans le forum Moroo
    Réponses: 1
    Dernier message: 01/05/2015, 10h14

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •