Affichage des résultats du sondage: Pour quelle participation souhaitez-vous voter ?

Votants
65. Vous ne pouvez pas participer à ce sondage.
  • TaLrasha

    23 35,38%
  • Houblonde

    1 1,54%
  • Seethwright

    1 1,54%
  • Laerasha

    12 18,46%
  • Dreambreaker

    6 9,23%
  • SilverDu57

    0 0%
  • Mortueur

    0 0%
  • batleforc

    0 0%
  • Yagu

    22 33,85%
Affichage des résultats 1 à 10 sur 10
  1. #1

    Participations : Thorus

    > Nom du Cyborg : TaLrasha
    > Nom de la créature/du végétal : Le Sherub
    > Planète d'apparition : Thorus
    > Zone d'apparition : Dans les zones de lacs sous les volcans de lave verte et sur les volcans
    > Aspect physique : Petit, longiforme, peau très dure et sombre
    > Caractéristiques : Parasitaire et très dangereux
    > Mode de vie : Insecte solitaire, se déplace de victimes en victimes. Très agressif, il patiente prêt des lacs pour contaminer un animal voulant s’abreuver



    > Analyse approfondie :

    Dans la base scientifique, la tension était palpable : La première expédition à la surface de la planète Thorus allait se lancer, pour notamment étudier le sol et l'étrange lave verte qui jaillissait du volcan voisin.
    Le groupe, une fois bien préparé, partis en direction du volcan afin de prélever les précieux échantillons que la planète pourrait leur offrir.

    Au pied du volcan, un spectacle macabre les attendit. Alors que la zone avait été étudié sans risque, car la lave ne pouvait pas y accéder, le groupe d'étude trouva là un grand nombre d'animaux de toutes sortes morts.
    Malgré leur état de décomposition, ils ne présentaient aucune trace de morsure qu'aurait pu laisser un prédateur. Pire, les charognards ne s'étaient même pas occupés des carcasses, alors que certains spécimens avaient été vus dans les premiers jours de préparation. Devant ce triste spectacle, les scientifiques prirent la décision de ramener le spécimen le mieux conserver. Ils trouvèrent un genre de reptile à fine plume, qui ne devait être mort que depuis quelques heures seulement.

    2 scientifiques rentrèrent immédiatement au labo avec leur précieux échantillon, les autres continuèrent l'expédition pour s'intéresser à la géologie du volcan. Les 2 scientifiques étaient impatients de pouvoir observer et disséquer l'animal, car les informations de cette étrange maladie qui semblait le touché était primordiale à la survie de l'éco-système Thorusien.

    Une fois au labo, les 2 scientifiques se mirent au travail. Ils prélevèrent un grand nombre d'échantillons, et commencèrent la dissection. La découverte qu'ils firent les sidéra.
    Alors qu'ils s'attendaient à trouver des organes encore sains, ils ne trouvèrent dans la dépouille que de la chaire putréfiée et ce qui semblait être des restes d'organe vitaux comparables à ceux de mammifères.
    Un tel résultat de décomposition sur un animal dont l'apparence extérieure paraissait fraiche était vraiment inattendu. Les scientifiques décidèrent d'étudier le sang restant pour voir si un virus ou une bactérie n'était pas la cause de tout celà.

    Après plusieurs heures d'analyse, le résultat faisait froid dans le dos : aucune trace de bactérie ni de virus. L'animal ne souffrait d'aucune maladie, et pourtant son état ne laissait aucun doute sur le fait qu'il n'était pas sain.
    Les scientifiques, perplexes, voulurent partir chercher un autre cadavre pour voir s’ils ne pouvaient pas trouver plus d'indices. Mais, en placant la dépouille dans l'incinérateur, l'un d'eux vis dans les fines plumes de l’animal, quelque chose d'étrange.

    Une petite boule longiforme, grosse de quelques centimètres tout au plus, était logé entre la base du coup et la mâchoire. Muni d'une petite pince, les chercheurs tentèrent de la déloger en vain, la boulle étant bien agrippée à la peau.
    En y regardant de plus prêt, il semblait y avoir de petites pates, muni de minuscules crochets. Les scientifiques comprirent vite que cette chose devait être un parasite, peut être le responsable de l'état de son hôte.

    Ils disséquèrent la zone hôte et réussir à extirper le parasite. Sous microscope, l'animal insignifiant dévoila une laideur qui faisait froid dans le dos :

    Sa tête ne comportait pas d'yeux, mais de petites antennes qui gesticulaient sans cesse. Sa bouche était démesurer, et ont pouvait distinctement la voir s'ouvrir et se refermer frénétiquement lorsque les scientifique approchait des aiguilles pour pouvoir mieux l'observer. Les mandibules qui l’entouraient étaient muni de minuscule dent, d’où l’ont pouvait distinctement voir s’échapper un liquide gluant.
    Le parasite semblait extrêmement agressif, dès que l’on approchait un objet, il essayait de s’y agripper et de le mordre.
    Les scientifique voulurent étudier sa composition chimique, et le placèrent dans un analyseur atomique. Pendant ce temps ils virent que l'aiguille, pourtant fait dans un alliage de métaux résistant, semblait rongé et érodé. Le parasite pouvait-il synthétiser une telle substance ?

    L'analyse du parasite fini, le résultats apparurent. Sa composition chimique était invraisemblable. Le principal élément qui le composait était le souffre, l'helium, le ruthenium et le bore.
    Cette composition d'élément chimique ne faisait aucun sens, et pourtant les résultats étaient incontestables. Apparemment l'atmosphère particulière de la planète semblait permettre toutes fantaisies inimaginables en terme de vie.

    Les scientifiques, ravi d'avoir découvert une nouvelle espèce, la baptistère par rapports à ces éléments, S HE RU B, le Sherub était né ! Après beaucoup d'analyses, les scientifiques le décrirent ainsi dans leur premier rapport transmis au QG de recheche :

    « Le Sherub est un parasite mortel et dangereux. Capable de survivre dans les conditions les plus dures, il est très résistant, et à ce jour, malgré tous nos efforts, nous n'avons pas pu trouver comment le tuer. Sa carapace est extrêmement résistante, et une chaleur intense ne lui fait subir aucune blessure.
    Mesurant de 4 à 8 cm, il est muni de 2 incisives creuses capables d'injecter un liquide hautement acide et toxique. Une seule goute de ce produit et vos nerfs seront d'abord déconnecté puis rongés rapidement, vous rendant incapable du moindre mouvement en seulement quelques heures. Les mandibules aux bords de sa gueule synthétise également cet étrange substance, et sont elle aussi muni de petit crochets, permettant une prise plus assurée sur l’hôte victime.
    Une fois accroché à sa proie, le Sherub commence à sucer toute essence vitale. Il libère dans le sang de la victime un composé chimique attaquant les organes, qui une fois trop endommagés expulse ce composé
    qui s'attaque ensuite à un autre organe, pour finir par le cœur. Une fois le cœur détruit, ce composé revient dans le parasite, et ne laisse aucune trace sur la dépouille. Le Sherub ne semblant pas pouvoir synthétiser ce composé infiniment, le récupérer est vital pour lui.
    Le Sherub part ensuite contaminer un autre être, et ne semble jamais s'arrêter.
    En plus de sa grande efficacité, le Sherub est fourbe. Malgré le fait qu'il semble ne vivre que prêt des volcans, dons les fumerolles sont composé de souffre tout comme lui, il sait se placer dans des endroits stratégique. Certaines zones près des volcans Thorusien comportent de grands lacs, ou la végétation et les animaux se retrouvent. C'est donc le paradis pour le Sherub, qui peut contaminer un nombre d'être vivants incalculable.
    Bien que son efficacité soit redoutable, on ne trouve que très peu de spécimens. Le Sherub semble avoir du mal à se reproduire, car trop occupé à se nourrir au dépend des autres. Heureusement pour l'écosystème, sa localisation est connue et bien qu'il ait tendance à migrer régulièrement vers des lieux ayant un plus grand intérêt pour lui, on ne le retrouve que dans les même types d'endroit, avec une forte concentration d'être vivants ou il y trouveras de nouvelles proies. »

    Nous conseillons donc à tous les scientifiques de faire très attention lorsque qu'ils vont étudier ces lieux. Ramener un spécimen de Sherub à bord de la base serait catastrophique, car une fois accroché, il ne vous lâche plus.
    L'hôte du parasite étant rapidement vidé, un seul Sherub dans notre groupe pourrait condamner notre mission d'étude de la pire manière qu'il soit.
    Dernière modification par Cérès ; 05/06/2015 à 19h05.

  2. #2

    Re : Thorus

    Nom du Cyborg : Houblonde
    Nom de la créature/du végétal : mollisnodus
    Planète d'apparition : Thorus
    Zone d'apparition : Marécages du superviseur de surtension

    Aspect physique : Enchevêtrement de filaments tubulaires, de couleurs vives, on peut la comparer à un Spaghetti
    Caractéristiques : Plante ayant été créer par les Aldéïde, pour se nourrir de métal, elle a été crée pour se débarrasser des carcasses de vaisseaux suite aux combats incessants dans l'univers.

    Mode de vie : Elle vit en général sous l'eau et se nourrit de débris de métal. Cette diète jumelée à une sècheresse qui la fait sortir de l'eau fait d'elle une plante dure comme le titane et coupante comme le diamant. Si vous en voyez sortie de l'eau, méfiez-vous si vous tenez à tous vos membres.
    Analyse approfondie : Les tests préliminaires font croire que son système digestif est en soi un laboratoire complet. Mais comment cette plante peut rester souple sous l'eau et aussi dure une fois sortie, ça reste un mystère. Il ne serait pas surprenant de voir cette plante servir d'arme éventuellement.

  3. #3

    Re : Thorus

    > Nom du Cyborg : Seethwright, Laura

    > Nom de la créature/du végétal : Champignon Biomorphique

    > Planète d'apparition : Thorus

    > Zone d'apparition : Lac de Jupiter, près du Bunker éponyme.

    > Aspect physique : Fongique, bien qu’il faille lui reconnaître une ressemblance avec certaines plantes à feuilles classiques, à sa base. Les formes de ce biomorphe peuvent varier du tout au tout, le tout étant plutôt répugnant.

    > Caractéristiques :

    - Plus grand specimen trouvé : 38cm.
    - Dégage une odeur divine selon les scientifiques, malgré son aspect il faut le dire, très moche.
    - Emet une force anti-gravitationnelle gigantesque, 100 fois la gravité Thorusienne qui est de 2.5 G, dans son champ d’action, d’où le grand intérêt scientifique qu’il suscite.
    - Doté d’une forme d’intelligence.

    > Mode de vie :

    Cette espèce vit semble-t-il dans les profondeurs sous-marines. Les échantillons récoltés l’ont été à partir de colonies d’une 50aine d’individus, tous très rapprochés les uns des autres, ce qui indique une certaine forme de vie sociale, voire d’intelligence. Les observations indiquent que les autres espèces sous-marines, même fongivores, ne s’attaquent jamais à ces champignons.

    > Analyse approfondie :

    Les scientifiques s’accordent à dire qu’il s’agit d’une espèce vivante assez jeune, apparue probablement au précédent millénaire.

    A l’étude depuis maintenant plusieurs années par la Communauté Scientifique Prométhéene, ce Champignon Biomorphique d’une adaptabilité sans faille commence enfin à livrer ses secrets, notamment dans le domaine de la recherche défensive.
    En effet, lorsqu’il est bombardé de neutrons, cet organisme réagit en déployant un énorme champ anti-graviton (comme l’ont nommé les scientifiques). Il n’en fallait pas plus aux chercheuses Prométhées pour l’inclure immédiatement dans leur programme de recherche de Bouclier Quantique dernière génération, le « BQ Z ».

    Alors que je rédige ce rapport, moi Laura Seethwright, je me demande si ce petit être vivant n’est pas notre reflet à nous, les Prométhées. Lorsqu’on l’observe, collé à son congénère pour assurer la survie de l’espèce, refusant le contact ; le repoussant, même. Ou alors est-ce notre vision, conditionnée par des siècles d’errance depuis notre départ d’Olympos qui rejaillit sur ce champignon pour expliquer sa condition.

  4. #4

    Re : Thorus

    Nom du Cyborg : Laerasha

    Nom de la créature : Tipea Falcis

    Planète d'apparition : Thorus

    Zone d'apparition : Lors d’une fouille dans le désert de la zone de la Luminescence, nos Drones ont détecté des formes de vie inconnue. Une équipe de chercheur a été envoyée pour observer dans son milieu naturel ces formes de vie, puis ramener des échantillons afin qu’ils soient étudiés dans nos laboratoires.

    Aspect physique :
    Petits et courts sur pattes, d’une hauteur d’environ un mètre vingt, ils sont couverts d’une fourrure rase de couleur sable. Leur bouche, dotée de grosses lèvres, empêche naturellement le sable de pénétrer à l’intérieur lorsqu’il s’immerge dedans. Leurs dents, nombreuses, leur permettent de scier n’importe quoi, chair, os et même métal!
    Un de nos drones de fouille a été endommagé alors qu’il volait trop près d’un Tipea, celui-ci l’aurait pris pour une proie...
    Les deux yeux globuleux disposés de part et d’autre de leur tête dispose de deux paupières, une paupière supérieure qui leur permet de fermer l’œil, et une paupière intérieure qui leur permet de ne pas blesser leur yeux une fois immergés dans le sable. Leurs membres antérieurs sont terminés par de petites mains malhabiles leur permettant d’agripper maladroitement des objets, notamment pour les porter à leur bouche.
    Leurs membres postérieurs puissants leurs donnent la possibilité de creuser le sable pour s’y cacher, et de bondir de leur cachette lorsqu’une proie arrive à leur portée, des spécimens observés arrivent à sauter à plus de cinq mètres de haut.
    La queue, terminée par une faux, peut bouger à des vitesses supérieures à Mach 2. Lorsque la queue claque, la faux traverse la chair des proies comme un couteau traverse une motte de beurre. Un de nos scientifiques en a fait l’expérience à ses dépens, perdant sa jambe droite. Ladite jambe droite n’a elle pas fait long feu, engloutie en quelques bouchées par le Tipea.

    Caractéristiques :
    Il semble ne pas avoir peur des Prométhées ni des Aldéides, allant même jusqu’à approcher les villes pour trouver des proies. En revanche, il semble n’y avoir que peu de Tipea aux alentours des villes Colosses. Une de nos exploratrices affirme que les Tipea fuient les Houds comme la peste et nous n’avons recensé de Tipea qu’à des distances considérables des charmantes bourgades Houds.

    Mode de vie :
    Carnivore, le Tipea vit en solitaire, errant dans des territoires immenses qu’il partage avec de nombreux congénères, il trouve sa nourriture au jour le jour. Les affrontements entre membres de cette race sont rare voire inexistant sauf en période de reproduction, préférant partager une proie et survivre jusqu’au lendemain pour en trouver une plus grosse que s’entre déchirer et probablement mourir tous les deux.
    Lorsque la période de reproduction arrive, il n’est pas rare de voir des groupes de plusieurs centaines de milliers d’individus réunis. Il semble que le rituel de reproduction se fasse en trois étapes clefs.
    La première consiste à décider de l’ordre dans lequel les mâles vont courtiser les femelles. Pour cela, les mâles s’adonnent à des duels où le gagnant est déclaré au premier sang qui coule.
    La seconde consiste à courtiser la femelle. Le gagnant part déjà avec un avantage certain car les femelles apprécient le sang au bout de leur faux. La parade nuptiale se décline en deux temps, le mâle commence par montrer le sang sur sa faux et la femelle, si elle est intéressée le lèche, donnant ainsi son accord pour que le mâle poursuive ses avances. Le mâle s’adonne alors à, ce que nous Prométhée appelons une «Danse», je ne sais pas si les Aldéides et les Colosses en sont bien friand... Si la femelle souhaite s’accoupler avec ce mâle, elle l’accompagnera dans la danse pendant près d’une heure.

    Analyse approfondie :
    En laboratoire nous avons pu récolter encore quelques données supplémentaires et nos experts en biochimie, Biozoologie et Ethologie continuent de nous abreuver de nouvelles données tous les jours. Ils ont découvert que cette créature était dotée d’une intelligence limitée mais qu’elle a un fort potentiel d’évolution. Il semblerait que la présence des Houds l’a empêchée d’évoluer plus avant mais qu’elle serait, avec ces petites mains et sa posture sur deux pattes, capable d'évoluer dans les mêmes directions que la race humaine il y a de cela des dizaines de milliers d’années. La matière dont est faite la faux serait, selon certains experts, plus résistante que la coque des Prométheus. Nos ingénieurs travaillent déjà à synthétiser cet agencement moléculaire pour parfaire la structure de nos prochains vaisseaux.
    Nos observations sur des spécimens en captivité dans la base, nous ont permis de voir que, sur un sol solide, et non meuble comme le sable du désert Thorusien, permet à ses créatures de bondir à des hauteurs phénoménales compte tenu de leur taille. Certains sautaient à plus de dix mètres. Les femelles, plus légère et aussi musclées, bondissent plus haut que les mâles.
    Nos experts tanneurs sont subjugués par le cuir de Tipea. Il semblerait que celui-ci ait des propriétés thermiques impressionnantes! Ce cuir serait capable d’emmagasiner la chaleur du soleil à ses heures les plus chaudes pour la restituer ensuite lors des températures les plus glaciales de la nuit. Cette découverte explique grandement la survie des Tipeas dans le désert, et plus que la survie, leur prolifération!
    Le nombre de Tipea, dans la seule zone de la Luminescence dépasserait le million d’individus !
    Certains scientifiques aux motifs plus...lucratifs ont déjà lancé la création de gamme de parfum, lotion et produit pour la peau, à base de graisse de Tipea, de griffes pilées et même d’excréments mélangés à d’autres substances tout aussi ragoûtantes...
    Nos Maîtres Cuisiniers ont réussi à accommoder la chair du Tipea en de délicieux plats en sauces divers et variés dans la pure tradition Prométhée. Cela, bien évidemment grâce au travail exemplaire mené par une sélection de Maîtres Artisans Bouchers qui les ont débités en steaks, saucisses, brochettes et nombre d’autres pièces de choix! La découverte du Tipea est tout simplement une révolution dans notre communauté!

    Dernière modification par Arrakis ; 10/06/2015 à 14h37. Motif: Ajout image

  5. #5

    Re : Thorus

    > Nom du Cyborg : Dreambreaker
    > Nom de la créature/du végétal :le siffleur argenté
    > Planète d'apparition : thorus
    > Zone d'apparition :vue pour la premiere fois dans un des lacs de thorus a la suite du crash de vaisseaux non identifier
    > Aspect physique :animal petit mais rapide pouvant vivre aussi en milieu aquatique que terrestre pourvu d'une peau ressemblant etrangement a une espece disparu il y a 65 millions d'annees il dispose de griffes et de crocs redoutable.ça queue lui permet de se propulser tres rapidement sous l'eau.
    > Caractéristiques :reconnaissable entre tous par une serie d'ecailles argenté partant du haut de ça tete arriere descendant le long de son dos et se finissant au bout de ça queue. emets aussi une serie de sifflement afin de prevenir c'est confrere en cas de danger ou apres avoir reperer une cible.
    > Mode de vie :animal carnivore se nourrissant principalement de poisson et des animaux venant s'abrever .
    > Analyse approfondie :nous avons decouvert que depuis notre arriver ils eprouvaient une attirance pour les dechets de minerai non traitable nous pensions au debut qu'ils etaient attirer par le coter brillant des minerais mais il semblerer qu'ils avalent les plus petits fragments .agissant sur eux comme une drogue l'effet de manque semble s'accentuer avec le temps les rendants bien plus agressif lorsqu'il s'approche de nos decharges. nous continuons a les surveiller de pret certains cyborg commence a s'inquieter et remette en cause la securité de la base.

    fin du rapport 01
    émis le 25/05/3037

  6. #6

    Re : Thorus

    Nom du cyborg: SilverDu57

    nom de la créature : Terrocha (se prononce : teroka)

    planète d'apparition :Thorus

    Zone d'apparition: mer de sables (grand désert)

    aspect physique : clichées intégré.


    caractéristique : enfouissement sous le sable pour attaque facile

    mode de vie : passe grande partie de son temps sous le sable et chasse souvent Prométhées ou AldéÏdes , il préfere éviter les colosses

    Analyse approfondie : (réalisé par un scientifique AldéÏde) "Le Terrocha se sert de ses nageoires pour se déplacer rapidement dans le sable et ainsi attaquer a vitesse grand V différentes proies, il leur existe une reine , Kog'Maw . Nous ne possédons néanmoins aucune photo d'elle.Il semblerait également que les Terrocha soit très organisés , les fourmis , qui vivaient sur Kalio eh bien ils possèdent le même système de gestion."


  7. #7

    Re : Thorus

    > Nom du Cyborg : Mortueurs

    > Nom de la créature : Neutronite

    > Planète d'apparition : Thorus

    > Zone d'apparition : Dans les déserts de Thorus ou près de grande quantité de Neutronium infecté.

    > Aspect physique : Gastéropode sans coquille de couleur rouge (limace). Elles mesurent 5 centimètres qui en grandissant peuvent atteindre les 30 centimètres.

    > Caractéristiques : Elles sont lentes avec une peau molle. Elles sécrètent également par la peau un mucus isolant qui leurs permettes de se déplacées en toute sécurité sur le Neutronium.

    > Mode de vie : Elles se nourrissent de l'énergie du Neutronium afin de grossir. Une fois atteint la taille de 30 centimètres, elle se divise en 5 à 6 autres limaces de petite taille.

    > Analyse approfondie : Elles ont démontré leurs incroyables férocité si une personne se mettait entre elles et leurs repas (test effectué). Elles se cachent peu profondément dans le sable pour économisé leurs énergies. Mais possède une courte vie sans Neutronium. Astuce pour sans débarrassé: déplacé vos stocks de Neutonium car étant très lentes elles ne vous rattraperont jamais.

  8. #8

    Re : Thorus

    > Nom du Cyborg : batleforc
    > Nom de la créature : Nexus
    > Planète d'apparition : premier rencontre sur z-42 puis sur thorus
    > Zone d'apparition : zone de faille dimensionnel a proximité des basse d'oublier
    > Aspect physique :spectre d’énergie flottant a quelque centimètre du sol a ressemblance humaine mais n'étant point humain.
    > Caractéristiques :ailes d’énergie bleu ou rouge, en fonction de la journée. possibilité que du neutronium et du monolythe tombe a sa suite
    > Mode de vie :le nexus a pour habitude d'habiter dans les base d'oublier et de les hanté
    > Analyse approfondie :cette espèce de créature a pour habitude de disparaître quand un hood sen approche car les hood raffole de la chaire du nexus qui a pour particularité de produire des booster

  9. #9

    Re : Thorus

    Nom du Cyborg : Yagu

    Nom de la créature/du végétal : Lumbricina Gigas Aeris (en français : Ver des Sables géant a tete de Bronze, ou "Ver tête de Bronze")

    Planète d'apparition : Thorus

    Zone d'apparition : Biome désertique, aride

    Caractéristiques :
    Type de reproduction: Asexuée, l'animale forme un clone de lui meme. Son ADN datent d'il y a plusieurs millions d'années.
    Physiologie: Une bouche de 3 lèvres, comprenant environ 50 000 dents aiguisés comme des rasoirs pour fendre la roche.
    Sa bouche et ses dents tournent sur elle meme pour faciliter les broyages.

    Mode de vie : Souterrain, nomade, solitaire.

    Analyse approfondie :

    Cette animal est une espèce extremement rare. En moyenne, il fait 200 a 300 mètres de longueur pour 50 mètres de large. Il s'agit d'un prédateur redoutable, qui dévore tout ce qu'il trouve, lithophage, il se sert des matériaux mantelliques et crustaux de la planete pour se nourrir. Son alimentation enrichie en Titane et Neutronium lui donne une couleur bronze au niveau de la tête.

    C'est une espece solitaire, qui a une durée de vie d'environ 8000 ans en moyenne.
    Le Lumbricina gigas aeris est aveugle, il se sert des faibles secousses provoqués par les pas d'une proie pour le différencier du vent.
    Une fois sa proie repérée, son corps gélatineux libère une substance a base de Glycérol pour se camoufler (rend invisible).
    Puis dans un second temps, sa tête libère une toxine dans l'air qui va donner l'impression a la proie d'avoir extremement soif et de voir une étendue d'eau, tel qu'un oasis pour l'appater, sous la forme d'un mirage.
    Une fois assez proche, la proie se fait littéralement aspirée par la paroie du ver, puis se fait digérer.
    On raconte que l'animal serait souvent confondu avec des dunes de sables.
    Plusieurs espèces du meme type se trouve sur les autres planetes.

    Le ver est de couleur blanche sur Fahrenheit, violet sur Alba... Toujours de la couleur de l'environnement.
    D'après les chercheurs, les trous a la surface creusés par son passage serait l'emplacement même des bases Houds.
    De cette façon, il est plus facile d'atteindre les ressources souterraines.

  10. #10
    Explorateur spatial Avatar de Laerasha
    Date d'inscription
    April 2015
    Planête
    Thorus
    Peuple
    Prométhés
    Messages
    78

    Re : Participations : Thorus

    Bonjour,

    J'avais envoyer quelques images de ma créatures, pourquoi n'apparaissent-elles pas ?

Discussions similaires

  1. Participations : Titan
    Par CBEE dans le forum Concours Faune & Flore
    Réponses: 9
    Dernier message: 08/06/2015, 23h12
  2. Participations : Néo
    Par CBEE dans le forum Concours Faune & Flore
    Réponses: 12
    Dernier message: 08/06/2015, 13h13
  3. Participations : Moroo
    Par CBEE dans le forum Concours Faune & Flore
    Réponses: 6
    Dernier message: 06/06/2015, 16h00
  4. Participations : Fahrenheit
    Par CBEE dans le forum Concours Faune & Flore
    Réponses: 5
    Dernier message: 06/06/2015, 16h00
  5. Réponses: 4
    Dernier message: 23/05/2015, 14h19

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •